Comment intégrer le tapis berbère dans sa décoration ?

0
423
Tapis berbère

Le tapis berbère est un élément de décor qui apporte une touche culturelle et une inspiration de voyage à notre intérieur. On l’utilise le plus souvent dans un style bohème et pourtant, il s’adapte à différents styles de décor. Découvrons ses origines et quelques idées pour l’adopter chez soi.

L’histoire du tapis berbère

Les Berbères Marocains confectionnent le fameux tapis berbère depuis des siècles. La preuve : on sait que les différents motifs utilisés (qui ont tous une signification symbolique) sont les mêmes que ceux dessinés sur les rochers de l’ère néolithique. Le berceau natal du tapis se situe dans les montagnes de l’Atlas marocain, principalement auprès des tribus Beni Ouarain.

Les peuples berbères utilisent de la laine de mouton pour le confectionner à la main. Ils disposent d’un savoir-faire unique, qui se transmet de mère en fille. La technique artisanale est assez complexe puisqu’à part le tissage, il faut aussi savoir sélectionner la laine à utiliser pour ensuite la nettoyer et, éventuellement, la teindre avec des pigments naturels.

Que ce soit les coloris utilisés ou les motifs dessinés, chaque détail a son importance dans cet objet, aujourd’hui plus décoratif que pratique. Pourtant, c’est bien pour son côté pratique qu’il a jadis été fabriqué.

Le tapis berbère, un objet pratique pour les Berbères

Vivant reclus dans les montagnes de l’Atlas marocain, les Berbères subissaient, plusieurs mois par an, les assauts du froid glacial. Pour s’en protéger, ils ont conçu ces fameux tapis qui venaient recouvrir le sol des tentes berbères. Il faut savoir que la laine de mouton utilisé est particulièrement bien isolante. D’ailleurs, ils l’utilisaient aussi pour fabriquer des vêtements et d’autres objets du quotidien censés retenir la chaleur.

En plus de recouvrir le sol, ils s’en servaient comme de matelas ainsi que de couvertures chaudes sous lesquelles ils se blottissaient pour rester au chaud.

Le tapis berbère, un héritage symbolique et culturel

Dans les familles berbères, il est courant que les femmes et les filles tissent des tapis pour un usage domestique. Pour la majorité d’entre elles, le tapis conçu ferait partie de leur dot pour le mariage. Il est donc logique que certaines familles préfèrent le conserver précieusement pour le transmettre ensuite aux générations futures.

Au-delà du côté pratique, c’est donc un héritage culturel cher aux peuples berbères. Il n’est malheureusement pas rare qu’en cas de difficultés financières, ils doivent le revendre pour se faire de l’argent.

De nos jours, les tapis berbère sont plus connus en tant qu’élément de décoration que d’éléments isolants. Cela n’empêche pas qu’ils véhiculent une riche histoire culturelle et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils figurent parmi les tapis les plus luxueux d’aujourd’hui.

Les différents types de tapis berbère

Lorsqu’on parle de tapis berbère, on pense immédiatement à un style bohème chic qui nous rappelle des contrées lointaines et nous invitent à visiter les régions désertiques du Maroc. C’est une image que l’on aimerait tous avoir chez soi, mais savez-vous qu’on peut très bien réaliser d’autres styles de décor avec ? Il faut d’ailleurs savoir qu’il existe, non pas un, mais différents types de tapis berbère. Quels sont-ils ?

  • Le tapis Beni Ouarain :

Originaire du Haut Atlas, ce modèle affiche un style « shaggy » apprécié avec sa laine très douce. Le terme signifie « tapis roi » et il y a de quoi puisque c’est le modèle le plus connu. Epais, il est généralement tissé avec de la laine blanche et affiche souvent des formes géométriques de couleur noire.  

  • Le tapis Azilal :

Il est fabriqué avec de la laine moins épaisse, mais il est tout autant apprécié que le premier. Le modèle Azilal égaie l’intérieur avec ses couleurs dynamiques comme le rouge, l’ocre, le jaune, le bleu, le vert ou le rose. Il apporte une atmosphère chaleureuse et trouvera facilement sa place dans les chambres, principalement celles des enfants. 

  • Le tapis Kilim :

Originaire des régions de Taznakht, ces modèles sont un mix entre les eux modèles cités ci-dessus puisqu’ils utilisent aussi bien des motifs géométriques que des couleurs vives. Ils ressemblent un peu à des patchworks qui apportent une touche ethnique à la maison. Aussi appelés Hanbal, les tapis Kilim ont un caractère fort, mais restent élégants.

  • Le tapis Beni Boucherouite :

Egalement coloré, ce modèle apporte une touche ethnique prononcée à la maison. Il est conçu avec des tissus recyclés que les femmes rassemblent afin de créer des motifs uniques et authentiques.