Comment entretenir correctement un poêle à bois?

0
37

À la place de la cheminée traditionnelle, on peut opter pour un poêle à bois pour chauffer l’intérieur de notre logement. Cet appareil de chauffage est apprécié non seulement pour son design plus moderne, mais surtout pour ces capacités thermiques. Pour garantir son bon fonctionnement, il est toutefois indispensable de l’entretenir régulièrement. Quel entretien un poêle à bois nécessite-t-il ? Nous vous invitons à le découvrir dans les paragraphes suivants.

Le nettoyage du vitrage de l’appareil

Lors de la combustion, des dépôts de cendre et de suies peuvent coller à la vitre du poêle à bois. Bien que leur présence sur cet élément n’ait aucune incidence sur l’efficacité de ce dernier, ces saletés affectent son esthétique. Pour les retirer, il suffit en général de maintenir un feu intense durant quelque temps. Ce qui permet de pyrolyser le dépôt de suie.

Dans la mesure où les saletés résistent, on peut éventuellement frotter la vitre du poêle avec un journal froissé humidifié que l’on a au préalable trempé dans les cendres sur le fond du poêle. Cette technique offre un meilleur résultat. Toutefois, si la vitre est trop noircie, il y a surement un problème de combustion, notamment l’utilisation de combustible trop humide.

Le retrait de la cendre

Avant toutes choses, sachez que vous pouvez faire appel à ce ramoneur professionnel dans le Loiret pour l’entretien de votre poêle à bois.

On est souvent amené à penser qu’il faut complètement vider le cendrier de notre poêle à bois à intervalle régulier. Pourtant, la présence d’une couche de cendres sur le fond du foyer est indispensable. Elle permet en effet d’isoler et de protéger la chambre de combustion. Elle préserve également le sol de la chaleur qu’émet l’appareil de chauffage. D’ailleurs, il faut savoir qu’on retrouve souvent des petits morceaux incandescents cachés dans les cendres même quelques heures après que le feu est éteint. Au moment de vider le cendrier, il faudra ainsi se servir d’un seau en métal. Avant de vous en débarrasser, vous devez vous assurer qu’il n’y a plus de braises incandescentes afin d’éviter les risques d’incendie.

La vérification de l’état du poêle à bois

Il est essentiel de contrôler l’état du poêle à bois au moins une fois tous les ans. Le contrôle sera réalisé à l’occasion du ramonage annuel obligatoire. Il consistera à vérifier l’état et l’étanchéité du conduit de fumée ainsi que de la grille de décendrage et du foyer de combustion. Il faudra en outre s’assurer que les joints d’étanchéité autour de la vitre et de la porte ne sont pas défectueux. Dans le cas où il y aurait des pièces internes usées, il faudra impérativement les remplacer.

Sachez que l’usure du poêle à bois sera tributaire de la fréquence de son entretien, de sa puissance et de la fréquence de son utilisation.

Le ramonage du conduit d’évacuation de fumée

À l’instar d’une cheminée classique, il est essentiel de ramoner au moins deux fois par an le conduit d’un poêle à bois. Pour déterminer fréquence des travaux, il faudra se référer au règlement sanitaire départemental et au contrat d’assurance. Néanmoins, si vous constatez un surplus de suies et de goudrons dans le poêle, n’hésitez pas à augmenter la fréquence du ramonage. Ici encore, nous vous recommandons de faire appel à un ramoneur professionnel.

La propreté du conduit et du foyer assure en effet une combustion plus écologique. Le ramonage écarte également les risques liés à la présence de ses substances inflammables (à savoir, l’incendie et l’intoxication aux gaz toxiques). Il optimise non seulement le tirage de l’appareil, mais également sa longévité.